Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


surnommé Samien ; qu’étant venu de là à Lesbos Zoïle son oncle paternel le recommanda à Phérecyde ; qu’il y fabriqua trois coupe d’argent, & qu’Il en fit présent à chacun des trois prêtres d’Égypte. Il eut des freres, dont l’aîné se nommoit Eunome, & le puiné Tyrrhenus. Son domestique s’appelloit Zamolxis, auquel, dit Hérodote, sacrifient les Grecs, dans la supposition qu’il est Saturne.

Pythagore fut donc disciple de Phérecyde de Syros, après la mort duquel il se rendit à Samos & y étudia sous Hermodamante, déjà avancé en âge, & neveu de Créophile. Jeune & plein d’envie de s’instruire, Pythagore quitta sa patrie, & se fit initier à tous les mysteres, tant de la religion des Grecs, que les religions étrangeres. Il passe enfin en Égypte, muni de lettres de recommandation que Plycrate lui donne pour Amasis. Antiphon, dans l’ouvrage où il parle de ceux qui se sont distingués par la vertu, rapporte qu’il apprit la langue Egyptienne, & fréquenta beaucoup les Chaldéens. Etant en Crete avec Epimenide, il descendit dans la caverne du mont Ida, & après être entré dans les sanctuaires des Temples d’Égypte, oz il s’instruisit des choses les plus secrettes de la religion, il revint à Samos, qu’il trouva opprimée par Polycrate. Il en sortit pour aller se fixer à