Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


corps de cette maniere, qu’elle conttribuoit à lui donner de la santé & à aiguiser l’esprit. Aussi ne pratiquoit-il ses actes de piété qu’à Delos devant l’autel d'Apollon le Pere, Placé derriere l’Autel des Cornes, Parce qu’on n’y offroit que du froment, de l’orge, des gâteux sas feu, & qu’on n’y immoloit aucune victime, dit Aristote dans sa République de Delos. Il a encore le nom d’avoir été le premier qui avança que l’ame change alternativement de cercle de nécessité, & revêt différemment d’autres corps d’animaux.

Selon Aristoxene le Musicien, il fut encore celui qui avant tout autre introduisit parmi les Grecs l’usage des poids & des mesures. Parmenide est une autre garand qu’il dit le premier que l’étoile du matin & celle du soir sont le même astre. Pythagore étoit en si grande admiration, que ses disciples appelloient ses discours autantde voix divines, & lui-même a écrit quelque part dans ses œuvres qu’il y avoit deux cens sept ans qu’il étoit venu de l’autre monde parmi les hommes. Ses disciples lui demeuroient constamnient attach.s, & sa doctrine lui attiroit de tous côtés une foule d’auditeurs, de Lucques, d’Ancone & de la Pouille, sans même en excepter Rome. Ses dogmes furent inconnus jusqu’au tems de Philolaus, le seul qui publia ces trois fameux ouvrages que Platon ordonna qu’on lui achetât pour le