Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aller, parce que le jour précédent on ne lui en avait point su gré. Il marchait nu-pieds sur la neige, et faisait d’autres choses semblables, que nous avons rapportées. Il essaya même de manger de la chair crue, mais il ne continua pas. Ayant trouvé un jour l’Orateur Démosthène, qui dînait dans une taverne ; et celui-ci se retirant, Diogène lui dit, Tu ne fais, en te retirant, qu’entrer dans une taverne plus grande. Des étrangers souhaitant de voir Démosthène, il leur montra son doigt du milieu tendu, en disant, Tel est celui qui gouverne le peuple d’Athènes [1]. Voulant corriger quelqu’un qui avait laissé tomber du pain, et avait honte de le ramasser, il lui pendit un pot de terre au cou, et dans cet équipage le promena par la Place Céramique [2]. Il disait, qu’il faisait comme les maîtres de musique, qui changeaient leur ton pour aider les autres à prendre celui qu’il fallait. Il disait aussi que beaucoup de gens passaient pour fous à cause de leurs doigts, parce que si quelqu’un portait le doigt du milieu tendu, on le regardait comme un insensé ; ce qui n’arrivait point, si on portait le petit doigt tendu. Il se plaignait de ce que les choses précieuses coûtaient moins que celles qui ne l’étaient pas tant,




  1. C’est-à-dire qu’il était fou, comme cela est expliqué quelques lignes plus bas.
  2. On dit qu’on appelait ainsi plusieurs endroits d’Athènes, et entre autres un endroit où on enterrait ceux qui étaient morts à la guerre. Voyez le Trésor d’Etienne.