Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Echerates, Diocles, & Polymmeſte, aussi Phliaſiens. Ces Philosophees étoient diſciples de Philolaus & d’Euryte, tous deux natifs de Tarente.

Il y eut quatre Pythagores qui vécurent dans le même tems, & non loin les uns des autres. L’un étoit de Crotone, homme de Phliſie, Maître d’exercices & Baigneur[1], à cequ’on dit ; le troiſieme, né a Zacynthe, auquel on attribue des myſteres de cette expreſſion proverbiale, Le Maître l’a dit. Quelques-uns ajoutent à ceux-là un Pythagore de Reggio, Statnaire de proſeſſion, & qui paſſe pour avoir le premier réuſſi dans les proportions ; un autre de Samos, auſſi Statuaire ; un troiſieme, Rhéteur, mais peu eſtimé, un quatrieme, Médecin, qui donna quelque traité ſur le Hernie & ſur Homere. Enfin Denys parle d’un Pythagore, Ecrivain en langue Dorique. Eratoſthene, en cela d’accord avec Phavorin dans ſon Histoire Diverſe, dit que dans la XLVIII. Olympiade celui-ci combattit le premier, ſelon les regles de l’art, dans les combats du ceſte ; qu’ayant été chſſé & inſulté par les jeunes gens à cauſe qu’il portoit une longue chevelure

  1. Je prens ce mot que pour l’équivalent de Grec, où il y a proprement, qui signait les Athletes.