Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et musicien de profession ; le troiſième a écrit de l’agriculture ; le quatrième a composé des épigrammes. Quelques auteurs en comptent un cinquième, qu’ils diſent avoir été architecte-, et dont on a un ouvrage sur la mécanique, qui commence par ces mots : J’ai appris ceci de Teucer de Carthage. On rapporte aussi du musicien Archytas que quelqu’un lui diſant qu’on ne l’écoutait pas lorsqu’il diſcourait, il répondit que son inſtrument de musique parlait pour lui. Ariſtoxène raconte d’Archytas le pythagoricien que, pendant qu’il fut général, il ne perdit jamais de combat ; mais qu’ayant été démis de cet emploi par envie, l’armée ſuccomba, et tomba au pouvoir des ennemis.

Celui-ci est le premier qui ait traité des mécaniques par des principes qui leur ſont propres, et qui ait communiqué un mouvement organique à une figure faite géométriquement, en cherchant, par le moyen de la ſection d’un demi-cylindre, deux lignes proportionnelles, pour trouver la duplication du cube. Platon, dans ſa République, atteſte qu’on lui est aussi redevable de la découverte de la duplication du cube par la géométrie.