Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


serait-il pas ridicule,répondit-il, qu’Agésilas et Épaminondas croupissent dans la boue, et que quelques gens du commun fussent placés dans les îles des bienheureux, parce qu’ils auraient été initiés ? Il vit des souris grimper sur sa table : Voyez, dit-il, Diogène nourrit aussi des parasites. Platon lui ayant donné le titre de sa secte, qui était celui de Chien, il lui dit : Tu as raison ; car je suis retourné auprès de ceux qui m’ont vendu [1]. Comme il sortait du bain, quelqu’un lui demanda s’il y avait beaucoup d’hommes qui se lavaient ; il dit que non. "Y a-t-il donc beaucoup de gens reprit l’autre ? " Oui. dit Diogène. Il avait entendu approuver la définition que Platon donnait de l’homme, qu’il appelait un Animal à deux pieds, sans plumes. Cela lui fit naître la pensée de prendre un Coq, auquel il ôta les plumes, et qu’il porta ensuite dans l’école de Platon, en disant : Voilà l’homme de Platon ; ce qui fit ajouter à la définition de ce Philosophe, que l’homme est un Animal à grands ongles. On lui demandait quelle heure convient le mieux pour dîner. Quand on est riche, dit-il, on dîne lorsqu’on veut, et quand on est pauvre, lorsqu’on le peut. Il vit les brebis des Mégariens qui


  1. C’est une raillerie qui faisait allusion à ce que Platon, après avoir été vendu par Denys, était retourné en Sicile.