Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Æneſydeme veut que quoiqu'il établît le ſyſtême de l'Incertitude dans ſes discours, il ne laiſſoit pas que d'agir avec précaution. Il vécut près de quatre-vingt-dix ans.

Antigone de Caryſte, dans ſon livre ſur ce Philoſophe, en rapporte les particularités ſuivantes. "Il mena d'abord, dit-il, une vie obſcure n'ayant dans ſa pauvreté d'autre reſſource que ce qu'il gagnoit à peindre. On conſerve encore dans le lieu des Exercices à Elis quelques-uns de ſes tableaux aſſez bien travaillés, & qui repréſentent des torches. Il avoit coutume de ſe promener, aimoit la ſolitude, & ſe montroit rarement aux perſonnes de ſa maison. En cela, il ſe régloit ſur ce qu'il avoit oui dire à un Indien, qui reprochoit à Anaxarque qu'on le voioit toujours aſſidu à la Cour & diſpoſé à captiver les bonnes graces du Prince, au-lieu de ſonger à réformer les mœurs. Il ne changeoit jamais de mine & de contenance, & s'il arrivoit qu'on le quittât pendant qu'il parloit encore, il ne laiſſoit pas que d'achever ſon discours; ce qui paroiſſoit extraordinaire, eu égard à la vivacité qu'on lui avoit connue dans ſa jeuneſſe". Antigone ajoute qu'il voyageoit ſouvent ſans en rien dire à erſonne, & qu'il lioit converſation avec tous ceux qu'il vouloit. Un jour qu'Anaxarque étoit tombé dans une foſſe, Phyrrhon