Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'expreſſions de Pas plus que dont ils ſe ſervoient, de même que ce qu'ils diſoient qu'il n'y a pas de raiſon à laquelle on ne puiſſe en oppoſer une autre.

Il faut remarquer ſur l'expreſſion de Pas plus que qu'elle s'applique quelquefois dans un ſens poſitid à certaines choſes comme ſ elles étoient ſemblables; par exemple, Un pirate n'eſt pas plus méchant qu'un menteur. Mais les Philoſophes ſecptiques ne prenoient dans un ſens deſtructif, comme quand on dit: Il n'y a pas plus eu de Scylle que de Chimere. Ce mot plus que ſe prend auſſi quelquefois par comparaiſon, comme quand on dit que le miel eſt plus doux que le raiſin; & quelquefois tout enſemble affirmativement & négativement, comme dans ce raiſonnement : La vertu eſt plus utile que nuiſible. Car on affirme qu'elle eſt utile, & on nie qu'elle ſoit nuiſible. Mais les Sceptiques ôtent toute force à cette expreſſion Pas plus que, en diſant que tout comme on ne peut pas plus dire qu'il y a un Providence qu'on ne peut dire qu'il n'y en a point; de même auſſi cette expreſſion Pas plus que n'eſt pas plus qu'elle n'eſt pas. Elle ſignifiedonc la même choſe que ne rien définir & être indécis, comme le dit Timon dans ſon Python.

Pareillement ce qu'ils disent qu'ils n'y a point de raiſon à laquelle on ne puiſſe en oppoſer une contraire,