Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


& à ces élemens, afin que traitant les questions principales, on ſe rappelle les particulieres, & qu'on s'en faſſe de juſtes idées par le moyen d'idées générales dont on aura conſervé le ſouvenir. D'ailleurs l'eſſentiel dans ce genre d'étude eſt de pouvoit ſe ſervir promptement de ſes idées lorsqu'il faut ſe rappeller les élemens ſimples & les termes, parce qu'il eſt impoſſible que l'on traite abondamment les choſes générales, ſi on ne fait pas réduire le tout en peu de mots & comprendre en raccourci ce qu'on a auparavant ſoigneuſement examiné par parties. Ainſi cette méthode ſera utile à tous ceux qui ſe ſeront appliqués à l'étude de la Nature; & comme cette étude contribue à divers égards à la tranquillté de la vie, il eſt néceſſaire que je faſſe une pareil Abrégé, dans lequel je traite de tous les dogmes par leurs premiers élemens.

Pour cela, il faut premiérement, Hérodote, acquerir la connoiſſance des choſes qui dépendent de la ſignification des mots, afin de pouvoir juger de celles dont nous concevons quelque opinion, ou quelque doute, ou que nous cherchons à connoître, & afin qu'on ne nous mene pas juſqu'à l'infini, ou que nous-même ne nous bornions point à des mots vuides de ſens. Car il eſt néceſſaire que nous ſoyions au fait de tous les termes qui entrent dans une notion antécédente, & que nous n'ayions beſoin de la