Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ménippe.



MÉnippe fut Philosophe Cynique, Phénicien d’origine, et esclave, selon Achaïcus dans ses Discours de Morale. Dioclès, dit que son Maître était de Pont et qu’il s’appelait Bâton ; mais à force de demander et d’amasser de l’argent Ménippe vint à bout d’acheter le droit de Citoyen de Thèbes.

Il n’a rien fait qui soit digne d’éloge. Ses livres ne sont pleins que de bouffonneries, en quoi ils ressemblent à ceux de Méléagre, son contemporain. Hermippe avance qu’il pratiqua l’usure jusqu’à s’attirer le nom d’Usurier de journée[1]. Il exerça aussi l’usure navale [2] et prêta sur gages ; de sorte qu’il amassa beaucoup de bien. Mais enfin on lui tendit des pièges ; il perdit tout ce qu’il avait grappillé, et finit sa vie, en se pendant lui-même de désespoir. Voici des vers satyriques que j’ai composés à son sujet : Vous connaissez, Ménippe, Phénicien d’origine ; mais de la nature des chiens de Crête, cet Usurier

  1. C’est-à-dire, qui recevait chaque jour l’usure de ce qu’il avait avancé. Aldebrandin.
  2. Il y a ici des variations. Voyez Ménage. On cite aussi les Pandectes. Érasme dit qu’on prenait une plus forte usure de ceux qui allaient en mer. Chil. 1167.