Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la faiblesse du corps, fruit d’une vieillesse de quatre-vingts ans, je crois pouvoir me dispenser de me rendre auprès de votre personne. Souffrez donc que je substitue à ma place quelque-uns de mes Compagnons d’étude, qui me surpassent pour la vigueur du corps. Si vous les fréquentez, j’ose me promettre que vous ne manquerez d’aucun des secours qui peuvent vous rendre parfaitement heureux''.

Ceux, que Zénon envoya à Antigone, furent Persée, et Philonide Thébain. Épicure a parlé d’eux, comme d’amis de ce Roi, dans sa lettre à son frère Aristobule[1].

Il me parait à propos d’ajouter ici le Décret que rendirent les Athéniens à l’honneur de Zénon ; le voici.

Décret.

Sous l’Archontat d’Arrenidas, la Tribu d’Acamantis, la cinquième en tour, exerçant le Pritanéat, la troisième dizaine de jours du mois de Septembre, le vingt-troisième du Pritanéat courant, l’Assemblée principale des Présidens a pris ses conclusions sous la présidence d’hippo, fils de Cratistotele

  1. D’autres corrigent, Aristodème.