Page:Diogène Laërce - Vies - tome 2.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il y a eu huit Zénons. Le premier est celui d’Élée, duquel nous parlerons ci-après. Le second est le Philosophe dont nous avons décrit la Vie. Le troisième, natif de Rhodes, a donné en un volume l’Histoire de son pays. Le quatrième, Historien, a traité de l’expédition de Pyrrhus en Italie et en Sicile, outre un Abrégé, qu’on a de lui, des Faits des Romains et des Carthaginois. Le cinquième, disciple de Chrysippe, a peu écrit, mais a laissé beaucoup de disciples. Le sixième, qui fut Médecin de la Secte d’Hérophile, avait du génie, mais peu de capacité pour écrire. Le septième, Grammairien, a composé des Épigrammes et d’autres choses, Le huitième, natif de Sidon et Philosophe Épicurien, avait tout à la fois de l’esprit et du talent pour l’élocution.

Zénon eut beaucoup de disciples, dont les plus célèbres furent Persée Cittien, et fils de Démetrius. Quelques-uns le font ami, d’autres domestique de Zénon, et l’un de ceux qu’Antigone lui avait envoyés pour l’aider à écrire. On dit aussi que ce Prince lui confia l’éducation de son fils Alcyonée, et que voulant sonder ses sentiments, il lui fit porter la fausse nouvelle que les ennemis avaient ravagé ses terres. Comme Persée en témoignait du chagrin,,,Vous voyez, lui dit Antigone, que les richesses ne sont pas indifférentes''. On lui attribue les ouvrages