Page:Doin - Trois pièces comiques propres à être jouées dans les collèges, maisons d'éducation, 1871.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58


Lucas

Ensuite… Eh bien… ensuite, un beau cheval et une belle voiture.


Bastien

Bath ! Bath ! Mais tu rêves avec tes beaux chevaux et tes belles voitures, moi je ne suis pas de ton avis ; j’achèterais une charrue, une herse, des pioches, des fourches, des faulx…,


Lucas (l’interrompant)

Bon ! marche, cours toujours.


Bastien

Des poules, des canards, des oies, des…


Lucas (vivement)

Des éléphants !


Bastien

Ah bien ! tiens, Lucas, tu plaisantes toujours, ma parole, tu es réellement un sans-sourcil.


Lucas

Sans-sourcil ?… Oh ! tu te trompes Bastien ! j’en ai, Dieu merci, une belle paire !

(Il les montre.)

Bastien

Eh ben, alors, laisse-moi donc dire ?


Lucas

Mais, petit frère, tu t’entortilles dans tout ce que tu dis.


Bastien

Comment ?