Page:Doin - Trois pièces comiques propres à être jouées dans les collèges, maisons d'éducation, 1871.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
68


Bastien

Et par ma foi le proverbe n’est pas faux ; nous ne sommes pas des chasseurs, mais deux pauvres enfants qui ont bâti…


Lucas (vivement)

des châteaux en Espagne.


Bastien

Oui, encore un proverbe pour nous.


Lucas (on entend pleurer)

Mais j’entends pleurer là-bas… eh ! je ne me trompe pas, c’est la petite Denise.


Bastien

C’est pourtant vrai, que lui est-il arrivé ?… allons au-devant d’elle.

(Ils vont jusqu’à la dernière coulisse du fond)

Scène 6ème

les précédents, Denise.



Denise (entre en pleurant)

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! (elle tient le coin de son tablier sur les yeux.)


Bastien (avec affection)

Qu’as-tu donc, ma petite Denise ?


Denise (récite d’une voix larmoyante)

Ah ! Ah ! Ah ! Tout le long de la route, je faisais mille beaux projets pour réussir, et en arrivant au…village… j étais… si… contente… que… je… me suis mise à sauter ; le pied m’a manqué, je suis tombée !… et patatros !… mes œufs cassés… mon lait renversé !… ah ! ah ! ah !