Page:Dolomieu - Mémoire sur les tremblemens de terre de la Calabre.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui ne prennent point d’intereſt aux circonſtances dont on leur demande les détails. Il eſt aiſé de leur faire repondre oui, a toutes les queſtions qu’on leur fait. Ce ſont toujours des eſpeces de demi-ſavants, qui ont ajouté, a leurs relations, les circonſtances les plus ſingulieres & les plus contradictoires ; par ce qu’il ont voulu attribuer aux tremblemens de terre actuels, tous les phénoménes dont ils avoient quelques notions & qu’ils ſavoient être arrivés, pendant des evénemens ſemblables . D’ailleurs la plupart d’entreux avoit un petit ſyſtême a ſoutenir, & ils ont voulu arranger les faits, pour les faire entrer dans le cadre qu’ils leur avoient préparé d’avance.

Parcourons rapidement les Villes qui ont été renverſées par cette premiere ſecouſſe, & voyons quels ont été les principales circonſtances de leur deſtruction.

Rosarno petit bourg ſur une coline ſabloneuſe, a peu de diſtance du fleuve metramo, a été renverſé ; on peut même dire raſé. Le chateau du prince, les égliſes, & les maiſons offrent des monceaux de ruines, a l’exeption de quelques maiſons baſſes, qui ſont toutes lezardées & de quelques pans de murs qui ſe ſoutiennent encore en l’air.

Le fleuve metramo ſuſpendit un inſtant ſon cours, auprès du pont de rofarno ; un moment après ſes eaux furent plus abondantes & troubles. On pretend même, qu’il fut a ſec pendant quelques minutes 41.1.

Poli



41.1. La plaine qui eſt ſur la rive droite du fleuve metramo aupres du pont eſt condamnée a être ſterile par les inondations d’un

tor-