Page:Dolomieu - Mémoire sur les tremblemens de terre de la Calabre.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


éviter une ruine ſemblable a celle dont on étoit temoin. Mais, quoique ſes rues fuſſent très larges, & les maiſons tres baſſes, pres de la moitié de la population fut écraſée ſous ſes ruines. La Marquiſe de Gerace Dame du lieu, & tous ceux, qui étoient auprès d’elle, furent victimes de cette ſecouſſe .

Tout le ſol de la plaine, qui entoure Casal novo, s’eſt affaiſſé. Cet abaiſſement eſt ſurtout fort aparent, au deſſus du bourg, au pied de la montagne. Tous les terreins inclinés, apuyés contre cette même montagne, ont gliſſé plus bas ; en laiſſant, entre le terrein mouvant & le ſolide, des fentes de pluſieurs pieds de large, qui s’étendent a trois, ou quatre milles. Des portions de terreins, en deſcendant ainſi, ſont venus dans la plaine, & en ont recouvert d’autres, qui en étoient a une aſſez grande diſtance.

En allant de Casal novo a ſanta Cristina , dans un eſpace de 6. lieues, on traverſe un pays extraordinairement coupé de gorges, de ravins, de vallées profondes, & qui a été par conſequent le theatre des plus grandes révolutions. On n’y fait pas un pas, qu’on ne trouve ou des fentes dans le ſol ou des éboulemens.

Terra nova, petite Ville, étoit ſituée ſur un plateau, entouré, de trois cotés, par des gorges profondes ; ce qui lui donnoit l’apparence d’être placée ſur une montagne elevée. Mais ce plateau faiſoit l’extremité d’une plaine, qui ſe prolonge juſqu’au pied de la montagne, & qui eſt d’une extre-
me