Page:Dolomieu - Mémoire sur les tremblemens de terre de la Calabre.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Fevrier, augmenta les domages de Messine, de Regio, & des Villes, qui avoient deja été ebranlées par le premier tremblement de terre. Elle fut fatale aux habitans de Scilla par la chute d’une portion conſiderable de la montagne dans la mer ; ce qui ſit soulever les eaux & leur donna une fluctuation violente, Les flots se briserent avec force contre la plage & la partie baſse de la Ville, ou s’étoit refugié le Prince de Sinopoli seigneur du lieu, accompagné de tous ses gens & de beaucoup d’habitans ; ils chevaucherent sur le rivage, & en se retirant entraînerent avec eux tous ceux qui y étoient 57.1.

Le tremblement de terre du I. Fevrier a une heure & demie apres midi, fut très violent ; mais il n’exerça pas ses plus grands eſſorts dans les mêmes lieux que le premier ; il sembla que le foyer ou le centre de l’exploſion fut monté 6. ou 7. lieues plus haut vers le Nord, pour venir se placer sous le territoire de Soriano & de Pizzoni. Ce tremblement de terre opera la deſtruction du bourg de Soriano & des villages dépendants, d’un grand Couvent de Benedictins très solidement conſtruit apres les tremblemens de terre de 1659. , de la chartreuse ditte de saint Bruno ou san Stephano del Bosco ; tous lieux qui avoient été respectés par la premiere
secous-


57.1. Cette circonſtance du tremblement de terre, arrivé le 5. Fevrier pendant la nuit, eſt celle, qui a été plus diverſement raccontée, qui a occaſioné le plus de commentaires, & a qui on a joint les plus faux details. Il eſt certain que la vague entraîna plus de douze cent perſonnes refugiées ſur le rivage, du nombre deſquels étoit le Comte de Sinopoli. Mais que l’eau fut chaude, que le fond de la mer fut brulant ! Ce ſont des particularités qui ne ſont ni vraies, ni vraiſemblables.