Page:Donnay - Autour du Chat Noir, 1926.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’établissement se composait d’une grande salle beaucoup plus longue que large, et au fond, d’un réduit assez sombre où personne ne voulait s’asseoir, si ce n’est un jeune homme qui se préparait à passer les examens d’admission à l’École Centrale, mais d’une façon inusitée et avec un singulier outillage : à côté de ses cahiers d’algèbre et de géométrie analytique, il avait soin de poser une bouteille et une flûte ; quand il était fatigué des équations, il buvait un verre de vin blanc et jouait un air de flûte. Comme Brieux a Anthéor, il était venu là pour être seul. Mais Rodolphe Salis ayant eu l’idée géniale d’appeler le sombre réduit : L’Institut, ce fut à qui s’y viendrait asseoir. Image de la vie ! Charles Torquet, dépossédé de son fief, renonça à l’École Centrale et se jeta, la tête la première, dans la littérature fantaisiste, sous le nom de Raphaël Schoomard.

Cette grande salle que décorait l’ad-