Page:Donnay - Autour du Chat Noir, 1926.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tante de tous ces apports ce ne fut pas seulement l’esprit parisien à Montmartre, mais l’esprit français à Paris, entre 1880 et 1900. Cet esprit, dit « du Chat Noir », il venait de tous les coins de la France ; il venait de toutes nos provinces et de toutes les écoles et de tous les milieux : du Périgord avec Émile Goudeau, de la Normandie et de l’École de pharmacie avec Alphonse Allais, de la Provence et de l’École des Mines avec Alfred Capus et de la Hellade avec Jean Moréas ; il venait encore du Palais avec Félix Decori, de la boucherie avec Jules Jouy, de la plomberie avec Narcisse Lebeau ; Edmond Haraucourt était rédacteur au Ministère du Commerce, Albert Samain employé à la Préfecture de la Seine, Georges d’Esparbès expéditionnaire à la Compagnie des Omnibus, Maurice Vaucaire secrétaire. du directeur, à la Compagnie des Chemins de fer du Sud. Et si l’on feuillette, la collection du Chat noir, qui s’étend