Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/236

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
236
LA NOUVELLE CHRONIQUE

Carlton, et que nous devons tous être à notre poste. J’espérais y porter la nouvelle du grand coup. Altamont ne vous avait-il pas fixé une heure ?

Von Bork poussa devant lui un télégramme :

Viendrai ce soir avec bougies d’allumage. — Altamont.

— Bougies d’allumage ? Qu’est-ce que cela signifie ?

— Altamont se donne la qualité d’expert en autos, et j’ai des autos plein mon garage. Dans notre langage conventionnel, tout ce qu’il croit pouvoir me fournir prend le nom d’une pièce de machine. Un radiateur désigne un navire de guerre, une pompe à huile un croiseur, et ainsi de suite. Par bougies d’allumage, comprenez le code des signaux.

— Expédié de Portsmouth à midi, fit le secrétaire, examinant le télégramme. À propos, combien lui donnez-vous, à votre Altamond ?

— Pour cette affaire spécialement, cinq cents livres. Sans préjudice de ses émoluments réguliers.

— Le drôle a les dents longues. Sans doute ils nous servent, ces traîtres, mais je leur marchande l’argent.

— Moi, je ne marchande rien à Altamont. C’est un agent merveilleux. S’il se fait payer, du moins, selon son expression, il vous en donne pour votre argent. Puis, ce n’est pas un traître. Le plus pangermaniste de nos junkers ferait l’effet d’une colombe en regard de ce farouche Irlando-Américain.

— Ah ! c’est un Irlando-Américain ?

— Vous l’entendriez parler que vous n’en douteriez pas. Parfois, ma parole, j’ai peine à le comprendre. Il semble avoir déclaré la guerre à tous les Anglais en particulier non moins qu’au roi d’Angleterre. Sérieuse-