Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/242

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
242
LA NOUVELLE CHRONIQUE

— Eh bien, quoi, Steiner ?

— On l’a coffré, voilà. On a fait chez lui une visite un peu brusque la nuit dernière, puis on l’a expédié à la prison de Portsmouth. Vous allez filer ; lui, pendant ce temps, tiendra la raquette, heureux si, en fin de partie, il peut avoir la vie sauve. Vous comprendrez dans ces conditions, que je tienne comme vous à passer l’eau.

Von Bork était un homme chez qui le sang-froid s’ajoutait à l’énergie ; mais ce qu’il venait d’entendre l’avait visiblement ému.

— Comment Steiner se sera-t-il laissé pincer ? murmura-t-il. C’est le coup le plus fâcheux qu’on nous ait encore porté.

— Vous risquez d’en recevoir un plus grave. Je crois qu’on me tient de l’œil.

— Ce n’est pas possible !

— C’est sûr. Du côté de Fratton, où j’habite, on a commencé à cuisiner ma logeuse. Il n’est que temps pour moi de plier bagages. Mais j’aimerais à savoir, maître, comment il se fait que la police soit si bien tuyautée. Steiner est le cinquième agent que vous perdez depuis que j’ai lié partie avec vous : je devine quel sera le sixième si je ne me sauve. Comment expliquez-vous cela, et n’êtes-vous pas honteux de voir dégringoler tout votre monde ?

Les joues de Von Bork s’empourprèrent.

— Comment osez-vous parler de la sorte ?

— Maître, si je n’osais pas certaines choses, je ne serais pas à votre service. Je vous dis tout franc ce que j’ai sur le cœur. Je me suis laissé conter que vous autres, politiciens allemands, quand un de vos agents a fait ce qu’il avait à faire, vous n’êtes pas fâché de le voir mis à l’écart et protégé contre la tentation de bavarder.