Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/251

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
251
DE SHERLOCK HOLMES

le traînèrent à travers le jardin, par cette même allée qu’une heure auparavant il foulait avec une si orgueilleuse assurance.

Après une dernière et brève résistance, il fut hissé, poings et pieds liés, jusque sur la banquette de la petite auto. On cala près de lui la précieuse valise. Quand tous ces arrangements furent terminés :

— J’espère, lui dit Holmes, que vous ne vous trouverez pas trop mal à l’aise pour la circonstance. Puis-je prendre la liberté d’allumer un cigare et de le placer entre vos lèvres ?

Mais les aménités n’avaient pas de prise sur la colère de l’Allemand.

— Vous concevrez, j’imagine, monsieur Holmes, que, si votre gouvernement prend la responsabilité de vos procédés, cela devient un acte de guerre ?

— Que pensez-vous, répliqua Holmes en tapant sur la valise, de votre gouvernement à vous et de ses procédés ?

— Vous êtes un simple particulier, non qualifié pour m’arrêter. Votre façon d’agir est illégale.

— Absolument, dit Holmes.

— Vous violentez un citoyen allemand.

— Et je lui vole ses papiers.

— Donc, vous vous rendez compte de votre situation, vous et votre complice. Et si j’appelais au secours en traversant le village…

— Mon cher monsieur, si vous faisiez quelque chose d’aussi déraisonnable, vous donneriez probablement à notre modeste auberge de village le droit de prendre pour enseigne : Au Prussien pendu. L’Anglais a bien de la patience : mais il est, en ce moment-ci, un peu échauffé ; autant vaut-il ne pas le pousser à bout. Non, monsieur von Bork, vous allez venir avec nous tran-