Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/76

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
LA NOUVELLE CHRONIQUE

Nous transportâmes miss Burnet dans notre chambre, nous l’installâmes sur le sofa, et deux bonnes tasses de café lui eurent bientôt dégagé la tête des brumes de l’opium. Holmes s’était hâté de faire appeler Baynes et de lui expliquer la situation.

— Monsieur, dit chaleureusement l’inspecteur en serrant la main de mon ami, vous venez de me rendre le témoignage même que je souhaitais. Depuis le début de l’affaire, je suivais la même piste que vous.

— Quoi ! vous étiez aux trousses d’Henderson ?

— Le jour, monsieur Holmes, où vous vous glissiez en rampant dans les taillis de High Gable, j’étais grimpé sur l’un des arbres, je vous voyais en bas. C’était à qui de nous deux aurait le premier sa preuve.

— Alors, pourquoi avez-vous arrêté le mulâtre ?

Baynes se mit à rire.

— J’étais sûr qu’Henderson, pour le nommer comme il se nomme, sentait qu’on le suspectait, et qu’il se tiendrait coi, qu’il ne bougerait pas tant qu’il ne se croirait pas en danger. J’arrêtai le mulâtre : c’était convaincre Henderson que nous ne nous occupions pas de lui. Je savais que vraisemblablement il en profiterait pour décamper. Ainsi je me donnais une chance de retrouver miss Burnet.

Holmes posa la main sur l’épaule de l’inspecteur.

— Vous irez loin dans le métier, dit-il, vous avez l’instinct et l’intuition.

Baynes rougit de plaisir.

— Un de mes agents en bourgeois a, toute la semaine, attendu à la gare. Quelque direction que prissent les gens de High Gable, il avait l’œil sur eux. J’imagine qu’il a dû se tenir à quatre en voyant se sauver miss Burnet. Heureusement, elle a été recueillie par votre homme, tout est bien qui finit bien. Nous ne pouvons