Page:Doyle - Le Ciel empoisonné.djvu/206

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Oui, sur les terrains du golf, par exemple – était-ce bien possible ? – le jeu continuait. Ici, l’un des joueurs envoyait la balle ; là, un groupe serrait le trou. Les moissonneurs revenaient sans hâte à leur besogne. La bonne d’enfant, ayant administré une taloche à l’un de ses bambins, s’était remise à pousser devant elle la petite voiture. Chacun avait tranquillement repris son fardeau.

Je descendis l’escalier quatre à quatre. Par la porte ouverte, j’entendais les voix de mes camarades qui s’exclamaient et se congratulaient dans la cour. Quelles poignées de mains et quels rires nous échangeâmes ! Et comme Mrs Challenger nous embrassa tous d’émotion, avant de se jeter dans les bras de son mari !

« Il ne se peut tout de même pas, s’écriait lord John, que ces gens fussent endormis ! Que diable, Challenger ! vous n’allez pas me faire croire qu’ils fussent endormis,