Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le fait, au reste, n’aurait rien eu d’extraordinaire, car la tentative hardie de Jean Tapin était au moins téméraire.

Pourtant, grâce aux habits de marchand qu’il avait revêtus, et surtout parce qu’il prenait soin d’éviter les routes frayées, notre camarade avait réussi à gagner, sans encombre, la frontière allemande.

Dans les auberges, dans les fermes où il prenait gîte, il se donnait comme un négociant allemand dont le bagage avait été pillé par les Français.

— Je rentre chez moi, à Posen, disait-il.

Et grâce à sa parfaite connaissance de la langue allemande, il ne fut pas inquiété.

Partout il rencontrait des malheureux soldats de la Grande-Armée, que les Cosaques ou les hussards prussiens ramenaient en troupeaux lamentables vers les villes où on les internait.

Ce spectacle navrait Jean Cardignac. Mais que faire ?

Intervenir ! C’eût été se livrer lui-même ; et, la rage au cœur, il fuyait, détournant les yeux.

Ayant ainsi traversé la Pologne, Jean arriva jusqu’à Bromberg.

— Allons ! se dit-il en entrant dans un des faubourgs de la ville, le plus rude est fait. Quelques jours encore et me voilà libre !

Mais la fatalité semblait s’acharner contre lui.

Dans l’auberge où il entra pour se faire servir à manger, des buveurs, soldats et civils, étaient attablés, menant grand bruit contre les Français, surtout contre l’Empereur que chez l’ennemi on ne dénommait que « Buonaparte ».

Jean s’installa dans un coin, aussi loin que possible de la lumière.

Irrité, nerveux, il eut donné bien cher pour pouvoir clore le bec à tous ces braillards, quand, tout à coup, il eut un frisson !

L’un des soldats prussiens qui se livraient à ces violences de langage, venait de se retourner, et Jean reconnut le sergent poméranien autrefois capturé par lui lorsque, la veille de la bataille d’Iéna, l’Empereur l’avait envoyé reconnaître le Landgrafenberg.

Le sous-officier, surpris lui aussi, avait posé la chope qu’il tenait en main ; le sourcil froncé, il dévisageait Cardignac.

Il y eut un court silence.