Page:Du Camp - Souvenirs d’un demi-siècle, tome 1.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE IV

LE PRINCE NAPOLÉON



AMI FIDÈLE. — EN CHASSE. — REPAS INTIMES. — LA CALOMNIE. — LE PRINCE DU SANG EN CRIMÉE. — EN ITALIE. — DÉDAIN POUR L’OPINION PUBLIQUE. — LA PRINCESSE CLOTILDE. — VIE DÉRÉGLÉE. — LE MASQUE NAPOLÉONIEN. — LES SEMONCES IMPÉRIALES. — MISSION À BERLIN. — MISSION EN RUSSIE. — TRAITÉ SECRET. — « IL A TOUJOURS ÉTÉ MAL ÉLEVÉ. » — PROJET D’ATTAQUE RÉVOLUTIONNAIRE CONTRE L’AUTRICHE. — INTERVENTION SECRÈTE DE L’ANGLETERRE. — ASPROMONTE. — LE ROI OTHON EXPULSÉ DE GRÈCE. — ÉCHEC DU PROJET DE CONGRÈS. — INSURRECTION DANS LA POLOGNE RUSSE. — DISCOURS INTEMPESTIF DU PRINCE NAPOLÉON. — SES CONSÉQUENCES. — LIBÉRAL. — LES Mémoires DE MARCHAND. — LE ROI DE WESTPHALIE APRÈS WATERLOO. — LA FUITE SURVEILLÉE. — JÉRÔME ET FOUCHÉ À TRIESTE. — LA MORT DE FOUCHÉ. — PRÉTENDANT. — CAUSERIE. — CLÉMENT DUVERNOIS ET LÉON GAMBETTA. — JULES VALLÈS. — LE RÉSULTAT DES ÉLECTIONS. — MINISTÈRE CHASSELOUP-LAUBAT. — ARTHUR KRATZ. — ACCLAMATION À L’AVÈNEMENT DU 2 JANVIER 1870. — HÉLAS !



HORTENSE CORNU fut très dévouée à l’Empereur, très attachée au Prince impérial ; mais, dans la famille Bonaparte, il est un homme pour lequel elle eut une affection profonde, c’est le prince Napoléon. Ils se voyaient souvent ; les tendances libérales, qui les poussaient tous deux à essayer de modifier le système de l’Empire autoritaire, les avaient réunis dans la même communauté d’idées ; de là naquit une amitié qui fut irréprochable. Bien souvent, de leurs entretiens sortirent des projets que l’on fit adopter et qui atténuèrent ce que le régime avait de trop dur. Le prince Napoléon, du reste, était fait pour l’amitié ; il la ressentait et savait la pratiquer. J’ai pu l’apprécier dans une circonstance qui m’est restée très présente à la mémoire.

Parmi ses familiers, il y eut un certain Charles-Edmond Kojecki, Polonais madré, qui publia quelques livres, fit jouer des drames alambiqués et fut conservateur de la biblio-