Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


forts. Le pays est plein de montagnes. Il fournit du vif argent, du cinabre et divers autres minéraux.

Ses habitants, quoique moins grossiers que d’autres peuples de la même province, vivent dans une profonde ignorance des sciences chinoises. Ils vont d’ordinaire nus pieds, et ils sont tellement endurcis à la fatigue, qu’ils marchent sur les rochers avec une vitesse surprenante.


SE NAN FOU. Troisième ville.


Cette ville qui est bâtie sur les bords d’une belle rivière, et dans une assez longue plaine, a dans son département trois villes du troisième ordre, et plusieurs forts. Elle est bornée de côté et d’autre par des montagnes, dont quelques-unes sont inaccessibles : il n’y a qu’un chemin fort étroit par lequel on y puisse grimper.

C’est sur ces montagnes qu’en temps de guerre les habitants se retirent, et qu’ils y transportent leurs effets, pour les mettre à couvert du pillage des soldats qui traversent leur pays. D’autres peuples sauvages s’y tiennent cachés, et n’ont presque aucune communication avec les Chinois.


TCHIN YUEN FOU. Quatrième ville.


Le district de cette ville est d’une très petite étendue, il ne comprend que quelques forts et deux villes du troisième ordre. Le pays produit des grenades, des oranges, et les plus belles fleurs qui soient dans toute la Chine.

Quelques-unes de ses montagnes sont habitées par des peuples, qui ayant peu de communication avec les Chinois, sont grossiers et en quelque façon barbares.


CHE TSIEN FOU. Cinquième ville.


Cette ville est située entre les deux précédentes, et n’a qu’un très petit ressort, qui comprend quelques forts et une ville du troisième ordre. Les peuples qui habitent les montagnes, sont d’un génie et d’un caractère bien différent de celui des Chinois ; hommes et femmes marchent nus pieds, et ils ont conservé d’autres usages bien éloignés de la politesse chinoise. Le pays produit quantité de vif argent.


TONG GIN FOU. Sixième ville.


C’est une ville frontière de cette province, du côté de la province de Hou quang. Il n’y a qu’une ville et quelques forts qui dépendent de sa juridiction. On y amasse beaucoup d’or, et l’on y trouve des mines