Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/400

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pied du palais : il est au pied de Paris, comme de 97 ½ à 100. 2° Le pied du tribunal des ouvrages publics, qui s’appelle Kong pou, et dont les ouvriers se servent : il est d’une ligne plus court que celui du palais. 3° Le pied des tailleurs, et dont se servent les vendeurs d’étoffes : il a sept lignes plus que celui du Kong pou.

Ling lun eut le soin de perfectionner la musique, et d’expliquer l’ordre et l’arrangement des divers tons.

Yong yuen eut ordre de faire douze cloches de cuivre, qui représentaient les douze mois de l’année.

Hoang ti inventa ensuite le bonnet, appelé mien, pour lui servir de diadème. Ce bonnet baissait un peu par devant, et se relevait par derrière ; il avait sept pouces de large, et un pied deux pouces de long.

Il se fit pareillement des habits et des ornements propres de sa dignité. Sa robe était bleue et jaune, pour imiter les couleurs du ciel et de la terre.

Après avoir considéré attentivement les plumes du faisan, et les différentes couleurs des oiseaux et des fleurs, il trouva le secret de la teinture, et ordonna que les étoffes, dont les riches et les pauvres seraient vêtus, fussent de couleurs différentes.

Il fit faire divers instruments utiles au public, des machines à piler le riz, des fourneaux de cuisine, des chaudières, etc. et le peuple commença à manger, tantôt du riz clair, ou de la bouillie, et tantôt du riz cuit plus épais.

Il fit construire des ponts sur les rivières, des cercueils pour les morts. Il enseigna à fabriquer des arcs et des flèches, des instruments à vent, des flûtes, des fifres, des orgues, des trompettes qui imitaient la voix du dragon, et des tambours qui faisaient le bruit du tonnerre.

Voyant que les bois vides surnageaient, il fit faire des barques, et inventa les rames. Il inventa pareillement des chariots, et fit dresser les bœufs et les chevaux pour les traîner.

Les peuples ne logeaient alors que dans de misérables huttes : Hoang ti donna le modèle des bâtiments, et il fit bâtir un palais nommé Ho kong, où il sacrifia au souverain seigneur du Ciel.

Pour rendre le commerce plus facile, il fabriqua de la monnaie, qu’il appela kin tao parce qu’elle avait la figure d’une lame de couteau, et il mit un si bel ordre dans les dépenses de l’empire, que les richesses augmentèrent à l’infini.

Les hommes étaient tourmentés au dehors par la rigueur des saisons, et au dedans par les passions qui les agitaient, et ils mouraient avant le temps. Hoang ti considéra avec attention les cinq éléments, les saisons, la nature de l’homme, et il ordonna à trois docteurs, nommés Ky pe, Yu fou et Ley kong d’examiner les vaisseaux sanguins, après quoi il détermina les remèdes propres de chaque