Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/416

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


glorieux que paisible. Il mourut la quarantième année du cycle, et la quarante-unième Ti chu son fils lui succéda.


TI CHU. Septième empereur.
A régné dix-sept ans.


Ce règne ne présente rien de remarquable : l’autorité souveraine, si bien affermie par le dernier empereur, et la réputation que le prince régnant s’était faite dans les armes, contint les princes, les Grands, et le peuple dans la plus parfaite obéissance. L’empire jouit d’une paix profonde, et il n’y eut personne qui osât la troubler. Il y eut à la vérité quelques mouvements du côté de la mer, mais ils furent assoupis presque au moment qu’ils s’étaient élevés. Ce prince mourut la cinquante-septième année du cycle, et son fils Ti hoai monta l’année suivante sur le trône.


Cycle VI. Année avant J. C. 2037.


TI HOAI. Huitième empereur.
A régné vingt-six ans.


La paix et le bon ordre qui régnait dans l’empire, l’avait rendu si florissant, que des nations voisines envoyèrent l’année 60e du cycle, des ambassadeurs vers le nouvel empereur, pour se mettre sous sa protection, en s’obligeant de lui payer un tribut annuel. Il paraît par l’histoire que les ambassadeurs vinrent par mer, et que par conséquent l’art de la navigation était connu.

L’oisiveté causée par les douceurs d’une longue paix, amollit le cœur de ce prince, et lui inspira l’amour des plaisirs, dont il devint l’esclave. Il passa le reste de sa vie enfermé dans son palais au milieu de ses femmes et de ses eunuques, sans se montrer jamais à ses peuples, et se reposant sur ses ministres du gouvernement de son État. Il mourut l’année 23e du cycle, et l’année 24e son fils nommé Ti mang lui succéda à l’empire.


TI MANG. Neuvième empereur.
A régné dix-huit ans.


Ce règne fut assez semblable au précédent ; ce prince ne fut pas à la vérité aussi livré à ses plaisirs que son père, mais il s’abandonna comme lui à une vie indolente et oisive. Tout ce qu’il fit de particulier, fut de transférer sa cour vers le fleuve Jaune, et de visiter quelques parties de les États du côté de la mer. Il mourut la quarantième année du cycle, et il eut pour successeur son fils nommé Ti sie, qui commença son règne l’année suivante.