Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/453

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



KING VANG. Dix-neuvième empereur.
A régné six ans.


L’empire commençait à devenir florissant, lorsque ce prince en prit possession : son règne fut trop court pour le bien des peuples, qui ne cessaient de louer sa douceur, sa sagesse et sa modération. Il mourut la quarante-cinquième année du cycle, aussi regretté de ses sujets, qu’il en était tendrement chéri, et il laissa la couronne à son fils, nommé Quang vang.


QUANG VANG. Vingtième empereur.
A régné six ans.


Le règne a été aussi court et aussi applaudi des peuples que le précédent. Quang vang avait hérité de toutes les grandes qualités de son père, et les avait portées sur le trône. Le nouveau roi de Tsi n’était pas capable de causer aucun trouble : il s’était attiré l’aversion de ses sujets par ses cruautés, et par son peu d’application au gouvernement.

Un prince, son allié, s’avisa de lui donner des avis sur sa conduite. Il en fut tellement irrité, qu’il résolut à l’instant de le faire assassiner : il fit choix, pour cette commission, d’un de ces hommes intrépides, à qui les plus grands crimes ne coûtent rien, et l’envoya vers son allié, sous prétexte de lui rendre visite de sa part.

Ce scélérat se rendit de grand matin au palais, pour faire plus sûrement son coup. Il trouva le prince assis sur son trône environné de ses sujets, qui recevait leurs requêtes, et leur rendait la justice. L’assassin frappé de ce spectacle, eut horreur de tremper ses mains dans le sang d’un si bon prince, et n’osant pas retourner vers son maître, sans avoir exécuté ses ordres sanguinaires, il se tua lui-même au sortir du palais.

L’empereur mourut l’année cinquante-unième du cycle. Ce fut son frère nommé Ting vang qui lui succéda.


TING VANG. Vingt-unième empereur.
A régné vingt-un ans.


Toute l’application de cet empereur, fut d’écarter les guerres, de maintenir son empire dans une profonde paix, et d’en faire observer exactement les lois.