Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dont il s’était rendu le maître : elle lui fut accordée aux conditions de l’hommage et du tribut ordinaires.

Le royaume de Ou, qui avait subsisté pendant six cent cinquante ans sous vingt petits rois, fut éteint en ce temps-là par le roi de Yue.

Yuen vang mourut la neuvième année du cycle, et eut pour successeur son fils, nommé Tching ting vang.


TCHING TING VANG. Vingt-septième empereur.
A régné vingt-huit ans.


Ce prince trouva l’empire presque rétabli dans sa splendeur, et il en maintint la dignité par sa sage conduite. Ayant perdu l’impératrice sa femme, il vécut dans le célibat : exemple de continence qui fut d’autant plus admiré, qu’il était plus rare. Aussi lui donna-t-on le surnom de chaste.

La trente-unième année du cycle, la principauté de Tsai, qui avait subsisté pendant 676 ans, et avait eu vingt-cinq princes, fut absolument éteinte par le roi de Tsou.

La mort de l’empereur, qui arriva la trente-septième année du cycle, fit éclater l’ambition de ses enfants : il en avait trois en âge de régner. L’aîné nommé Ngan, lui succéda, mais il ne porta que trois mois la couronne, et fut assassiné par son frère Sou.

Celui-ci ne jouit que cinq mois du fruit de son crime : son cadet, nomme Kao vang, sous prétexte de venger la mort de son frère aîné, le tua à son tour, et se mit en possession de l’empire sans la moindre contradiction.


KAO VANG. Vingt-huitième empereur.
A régné quinze ans.


Quoique ce prince eût usurpé la couronne sans opposition, cependant l’action barbare, par laquelle il s’était frayé le chemin au trône, le déshonora dans l’empire, et servit de prétexte à la plupart des princes tributaires, pour lui refuser l’hommage accoutumé, et pour se dispenser de le reconnaître en qualité de souverain.

Il avait encore un frère nommé Houan kong qu’il éloigna par politique, en lui donnant une principauté dans la province de Ho nan. C’est un de ses descendants qui sera le dernier empereur de la dynastie Tcheou.

Il s’éleva dans le royaume de Tsi une famille très nombreuse, et