Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


éloignées l’une de l’autre, lorsqu’avec une mesure actuelle qui suit toujours, et avec des demi-cercles bien divisés, on prend divers points qui sont entre les deux termes, lesquels se joignant les uns avec les autres, sont comme une chaîne de triangles ? Est-il rien de si difficile que de répondre d’une légère erreur de temps ? Les meilleures pendules se détraquent dans les voyages, et pour les mettre hors d’atteinte d’une erreur, par exemple, d’une minute, il faut réitérer au moins quelques jours les observations ; ce qui produirait dans la pratique des longueurs insupportables.

« Les observations des satellites demandent non seulement plus de temps et d’exactitude, mais encore des lunettes égales, et, pour ainsi dire, les mêmes yeux dans l’observateur et dans son correspondant, sans quoi, pour peu qu’ils paraissent à l’un plutôt qu’à l’autre, ils donneront lieu à quelque erreur qui ne sera pas tolérable dans la détermination des petites distances ; car si un satellite étant observé dans un même lieu par un même observateur, ne laisse pas de donner une différence de temps qui fait conclure des longitudes un peu différentes, et oblige à prendre un milieu entr’elles, ce qui suppose que la différence s’évanouit par la grandeur de la distance, cette pratique devient beaucoup moins certaine à l’égard de plusieurs observateurs, dont ni les instruments, ni les manières ne sauraient être les mêmes, de sorte que la différence qui se trouverait entre les observations, jetterait une incertitude sur la position des lieux voisins, qu’on ne pourrait éclaircir que par des dimensions faites selon les règles de la géométrie ; ainsi l’on serait forcé de retomber dans la méthode des triangles.