Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/544

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


déjà dans celles du midi : mais ils furent arrêtés par différents corps de troupes assez nombreux, qui se trouvèrent sur leur passage. Ce qui fit dire au chef de ces barbares, qu’il ne s’était pas imaginé que la conquête de la Chine fût si difficile. C’est pourquoi se contentant du riche butin qu’il avait fait, il se retira dans son pays.

Sur ces entrefaites Kao tsou mourut âgé de cinquante-quatre ans ; l’année suivante, qui était la quarante-sixième année du cycle, son fils nommé Yn ti lui succéda.


YN TI. Second empereur.
A régné deux ans.


La jeunesse de ce prince donna lieu à quelques mouvements des eunuques, qui cherchaient à se rétablir dans leur autorité, surtout lorsqu’ils virent l’armée éloignée de la cour, et occupée à arrêter les courses des Tartares du Leao tong,

Cette armée était commandée par Ko guei : il livra plusieurs combats à ces barbares, qui furent autant de victoires qu’il remporta, et par lesquelles il rétablit la tranquillité dans les provinces du nord : mais en même temps le trouble régnait dans le palais ; les intrigues des eunuques causèrent une sédition où l’empereur fut tué âgé de vingt ans.

L’impératrice mit le frère du défunt sur le trône : mais à peine s’y fut-il assis, que Ko guei arriva triomphant de sa glorieuse expédition. L’armée le couvrit des étendards de l’empire, et le proclama empereur.

L’impératrice abandonna celui qu’elle venait de nommer, et rendit à ce général les honneurs dûs au souverain. Celui-ci par reconnaissance regarda l’impératrice comme sa mère, et eut toujours beaucoup de déférence pour ses volontés. Il prit le nom de Tai tsou.