Page:Du halde description de la chine volume 1.djvu/564

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


armée des plus nombreuses ; tout pliait sous le joug du conquérant. On loue fort ce général tartare, et de la prudence avec laquelle il conduisait aussi aisément deux cent mille hommes, qu’il aurait conduit un seul soldat ; et de sa modestie qui était si grande, qu’au milieu de toutes ses victoires, il ne lui échappa jamais un seul mot qui pût tourner à sa louange.

La treizième année du cycle, Pe yen se saisit de la personne de l’empereur, qu’il fit prisonnier, et qui mourut dans un désert de Tartarie nommé Cobi, ou Chamo. Ce prince n’avait que dix ans. Touan tsong son frère aîné succéda à sa couronne et à ses malheurs.


TOUAN TSONG. Dix-septième empereur.
A régné deux ans.


La marche victorieuse du Tartare, qui ne trouvait aucune résistance, obligea l’empereur de s’embarquer sur ses vaisseaux avec les seigneurs de la cour, et 130 mille soldats qui lui restaient, et de se retirer dans la province de Fo kien ; mais ayant toujours à sa suite les Tartares qui le poursuivaient par mer et par terre, il fut contraint de fuir jusques sur les côtes de Qang tong, qui est la dernière province de la Chine, où il mourut de maladie, âgé de onze ans. Ti ping son frère cadet, qui était le seul reste de la famille des Song, fut son successeur.


TI PING. Dix-huitième empereur.
A régné deux ans.


La flotte chinoise ayant été jointe par la flotte tartare, ne put éviter le combat, il fut sanglant et décisif pour les Tartares qui défirent entièrement les Chinois.

Le colao Lo sieou se, à qui l’empereur avait été confié, voyant le navire qui le portait, entouré de tous côtés des vaisseaux tartares, prit entre ses bras le jeune prince qui n’avait que huit ans, et se précipita avec lui dans la mer.

Le reste des seigneurs et des ministres imita cet exemple. L’impératrice au désespoir, et poussant des cris affreux, se jeta pareillement dans la mer. Cette funeste catastrophe arriva près d’une île dépendante de Quang tcheou fou, capitale de la province de Quang tong.

Un autre général qui commandait une partie de la flotte chinoise,