Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/112

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
94
LA LEGENDE D’ANTONIA

Le chemin s’efface,
Les gémissements s’amassent ;

Les bruits de supplice
Retentissent ;

Et la croix
S’entrevoit,

La funèbre carrière,
Le calvaire,

Et les clous
Et le bâton de houx

Et le vinaigre et le fiel
Et la ténèbre dans le ciel

Et la désespérance
Et le coup de lance…

… Ah !…
C’est là…

La blessure…
L’horrible brûlure…

L’affreuse lame…
Au fond de mon âme…