Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/73

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
55
ANTONIA


L’Amant

O tourment !
Immense accablement !



L’Amante

Midis sans azur !
Soirs impurs !
Orients dévastés, occidents jamais mûrs !



L’Amant

L’ombre
Sombre
En un abîme de décombres.



L’Amante

Le chemin s’efface,
Les gémissements s’amassent.



L’Amant

Les bruits de supplice
Retentissent

.



L’Amante

Et la croix
S’entrevoit.