Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Mais, mes enfants, criai-je de toutes mes forces, vous me demandez la chose la plus difficile qu’il y ait au monde : un conte ! comme vous y allez. Demandez-moi l’Iliade, demandez-moi l’Énéide, demandez-moi la Jérusalem délivrée, et je passerai encore par là ; mais un conte ! Peste ! Perrault est un bien autre homme qu’Homère, que Virgile et que le Tasse, et le Petit Poucet une création bien autrement originale qu’Achille, Turnus ou Renaud.

— Nous ne voulons point de poème épique, crièrent les enfants tout d’une voix, nous voulons un conte !

— Mes chers enfants, si…

— Il n’y a pas de si ; nous voulons un conte !

— Mais, mes petits amis…

— Il n’y a pas de mais ; nous voulons un conte ! nous voulons un conte ! nous voulons un conte ! reprirent en chœur toutes les voix, avec un accent qui n’admettait pas de réplique.