Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cien se retourna et demanda à Sa Majesté la faveur d’être conduit à l’astronome de la cour ; le roi y consentit, mais à la condition que ce serait sous bonne escorte. Maître Drosselmayer eût sans doute mieux aimé faire cette course seul ; cependant, comme, dans cette circonstance, il n’avait pas le moins du monde son libre arbitre, il lui fallut souffrir ce qu’il ne pouvait empêcher, et traverser les rues de la capitale escorté comme un malfaiteur.

Arrivé chez l’astrologue, maître Drosselmayer se jeta dans ses bras, et tous deux s’embrassèrent avec des torrents de larmes, car ils étaient connaissances de vieille date, et s'aimaient fort ; puis ils se retirèrent dans un cabinet écarté, et feuilletèrent ensemble une quantité innombrable de livres qui traitaient de l’instinct, des sympathies, des antipathies, et d’une foule d'autres choses non moins mystérieuses. Enfin, la nuit étant venue, l’astrologue monta sur sa tour, et, aidé de maître Drosselmayer, qui était lui-même fort