Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Zacharias, et s’approcha de lui en l’appelant son père.

En effet, Zacharias, après l’avoir embrassé, le présenta à Élias, en disant au jeune homme :

— Maintenant, embrasse ton oncle.

Le jeune homme hésitait ; car l’oncle Drosselmayer, avec sa redingote en lambeaux, son front chauve et son emplâtre sur l’œil, n’avait rien de bien attrayant. Mais, comme son père vit cette hésitation et qu’il craignait qu’Élias n’en fût blessé, il poussa son fils par derrière, si bien que le jeune homme, tant bien que mal, se trouva dans les bras du mécanicien.

Pendant ce temps, l’astrologue fixait les yeux sur le jeune homme, avec une attention continue qui parut si singulière à celui-ci, qu’il saisit le premier prétexte pour sortir, se trouvant mal à l’aise d’être regardé ainsi.

Alors l’astrologue demanda à Zacharias sur son