Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seulement, tout cela avait pris quinze ans de plus.

En apercevant ce monstre de laideur, le pauvre Nathaniel frissonna et demanda au mécanicien et à l’astrologue s’ils étaient bien sûrs que l’amande de la noisette de Krakatuk dût rendre la beauté à la princesse, attendu que, si elle demeurait dans l’état où elle se trouvait, il était disposé à tenter l’épreuve pour la gloire de réussir où tant d’autres avaient échoué, mais à laisser l’honneur du mariage et le profit de la succession au trône à qui voudrait bien les accepter. Il va sans dire que le mécanicien et l’astrologue rassurèrent leur filleul, lui affirmant que, la noisette une fois cassée, et l’amande une fois mangée, Pirlipate redeviendrait à l’instant même la plus belle princesse de la terre.

Mais, si la vue de la princesse Pirlipate avait glacé d’effroi le cœur du pauvre Nathaniel, il faut le dire en l’honneur du pauvre garçon, sa présence à lui avait produit un effet tout contraire sur le cœur