Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de dix mille thalers et de la lunette d’honneur qu’il devait donner au premier, au lieu de l’épée en diamant, du grand ordre royal de l’Araignée d’or et de la redingote jaune qu’il devait donner au second, il les exila hors de son royaume, ne leur donnant que vingt-quatre heures pour en franchir les frontières.

Il fallut obéir. Le mécanicien, l’astrologue et le jeune Drosselmayer, devenu Casse-Noisette, quittèrent la capitale et traversèrent la frontière. Mais, à la nuit venue, les deux savants consultèrent de nouveau les étoiles et lurent dans la conjonction des astres que, tout contrefait qu’il était, leur filleul n’en deviendrait pas moins prince et roi, s’il n’aimait mieux toutefois rester simple particulier, ce qui serait laissé à son choix ; et cela arriverait quand sa difformité aurait disparu ; et sa difformité disparaîtrait, quand il aurait commandé en chef un combat, dans lequel serait tué le prince que, après la mort de ses sept premiers fils, dame Souriçonne avait mis au