Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Nous sommes dans le bois des Confitures, dit Casse-Noisette, et au delà de cette lisière est la capitale.

Et, en effet, Marie écarta les dernières branches, et resta stupéfaite en voyant l’étendue, la magnificence et l’originalité de la ville qui s’élevait devant elle, sur une pelouse de fleurs. Non seulement les murs et les clochers resplendissaient des plus vives couleurs, mais encore, pour la forme des bâtiments, il n’y avait point à espérer d’en rencontrer de pareils sur la terre. Quant aux remparts et aux portes, ils étaient entièrement construits avec des fruits glacés qui brillaient au soleil de leur propre couleur, rendue plus brillante encore par le sucre cristallisé qui les recouvrait. A la porte principale, et qui fut celle par laquelle ils firent leur entrée, des soldats d’argent leur présentèrent les armes, et un petit homme, enveloppé d’une robe de chambre de brocart d’or, se jeta au cou de Casse-Noisette en lui disant :