Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


non-seulement par la nature, mais encore par les maîtres de dessin, qui en savent là-dessus bien plus que la nature.

Mais, s’il y avait quelque défectuosité dans sa personne, cette défectuosité était rachetée par l’excellence de sa toilette, qui indiquait à la fois un homme d’éducation et de goût : il portait une polonaise en velours violet avec une quantité de brandebourgs et de boutons d’or, des culottes pareilles, et les plus charmantes petites bottes qui se soient jamais vues aux pieds d’un étudiant, et même d’un officier, car elles étaient tellement collantes, qu’elles semblaient peintes. Mais deux choses étranges pour un homme qui paraissait avoir en fashion des goûts si supérieurs, c’était d’avoir un laid et étroit manteau de bois, pareil à une queue qu’il s’était attachée au bas de la nuque et qui retombait au milieu de son dos, et un mauvais petit bonnet de montagnard qu’il s’était ajusté sur la tête. Mais Marie, en voyant ces deux