Page:Dumas - Histoire d’un casse-noisette, 1844.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Avance et recule,
Brillant escadron !
L’horloge plaintive
Va sonner minuit ;
La chouette arrive
Et le roi s’enfuit.
 Perpendicule
Doit faire ronron.
Avance et recule,
Brillant escadron !

Marie regardait le parrain Drosselmayer avec des yeux de plus en plus hagards ; car il lui semblait encore plus hideux que d’habitude. Elle aurait eu une peur atroce du parrain, si sa mère n’eût été présente, et si Fritz, qui venait d’entrer, n’eût interrompu cette étrange chanson par un éclat de rire.

— Sais-tu bien, parrain Drosselmayer, lui dit Fritz, que tu es extrêmement bouffon aujourd’hui ? Tu fais des gestes comme un vieux polichinelle, que j’ai jeté derrière le poêle, sans compter ta chanson, qui n’a pas le sens commun.