Page:Dumas - La Princesse Flora (1871).djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


métamorphosée en femme, il ne pouvait plus supporter la solitude, qui, auparavant, lui était agréable. Il se jeta dans toutes les distractions qu’il put trouver ; être avec elle ou n’être plus avec lui-même, voilà quelle fut la pensée de son cœur, et il se mit à courir les boulevards, les promenades et les théâtres.

Un jour, dans une de ces courses, il rencontra sur son chemin le capitaine Granitzine.

— Ah ! mon cher, que faites-vous aujourd’hui ?

— Vous le voyez, rien au monde ; je flâne.

— Dînons-nous ensemble ?

— Parfaitement.

Et tous deux s’acheminèrent vers un restaurateur.

De parole en parole, de verre en verre, les langues se délièrent et les cœurs commencèrent à mousser comme le champagne. On était aux jours des victoires contre les Turcs. On but à la santé des vainqueurs de Varna et d’Akhalstsike ; on but à la gloire de la Russie, à la longue vie de l’empereur, à la conservation de l’héritier. On