Page:Dumas - Le Meneur de loups (1868).djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


connus et fantastiques sur un lit de jaunes et de blancs d’œufs hachés menu, et par des coquilles d’un beurre qui avait dû être battu dans la journée.

Comme accessoire, il y avait deux ou trois sortes de fromage choisies parmi celles dont la principale qualité est de provoquer la soif, des biscuits de Reims craquant d’avance sous la dent, et quelques poires conservées avec un bonheur qui prouvait que c’était la main du maître lui-même qui s’était donné la peine de les retourner sur la planche du fruitier.

Thibault était tellement absorbé par la contemplation de ce petit souper d’amateur, qu’il entendit à peine la réponse de Perrine, qui disait que madame, étant atteinte de la migraine, présentait pour la seconde fois ses excuses à son hôte et se promettait un dédommagement à la prochaine visite.

Le petit bonhomme écouta la réponse avec une joie visible, respira bruyamment, et, frappant des mains en homme qui applaudit :

– Elle a la migraine ! elle a la migraine ! dit-il ; allons, à table ! à table !

Et, à côté des deux bouteilles de mâcon vieux, déjà placées en qualité de vin ordinaire à la portée de la main de chacun des convives, entre les raviers de hors-d’œuvre et les assiettes de dessert, il intercala les quatre autres bouteilles qu’il venait de monter de la cave.

C’était, je crois, sagement fait à madame la baillive de ne pas s’être mise à table avec ces rudes champions, dont la faim et la soif étaient telles, que la moitié de la carpe et les deux bouteilles de vin disparurent sans qu’il y eût aucune autre parole échangée que ces quelques mots :

– Bonne ! n’est-ce pas ?

– Parfaite !