Page:Dumas - Le Meneur de loups (1868).djvu/187

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



– Qui ? ce rustre, ce maraud, ce bélître ! Où est-il ? où se cache-t-il ? Par Belzébuth ! je le ferai manger à mes chiens !

Pour le coup, Thibault reconnut l’homme.

– Ah ! monseigneur Jean, murmura-t-il, c’est vous !

– Mais soyez donc tranquille, monseigneur, dit dame Suzanne en appuyant ses deux mains sur les épaules de son amoureux et en le forçant à se rasseoir, on n’aime que Votre Seigneurie, et, ne vous aimât-on point, ce n’est pas à un homme qui a une mèche de cheveux rouges au beau milieu du front que je donnerais mon cœur.

Et, en souvenir de cette malencontreuse mèche qui l’avait tant fait rire pendant le dîner, dame Magloire tomba dans un nouvel accès d’hilarité.

Thibault fut pris de rage féroce contre la femme du bailli.

– Ah ! traîtresse femelle ! dit-il ; je ne sais pas ce que je donnerais pour que ton mari, ton honnête mari, ton brave homme de mari, entrât et te surprît.

Thibault n’avait pas plutôt achevé ce souhait, que la porte de communication qui menait de la chambre de Suzanne à celle de son mari s’ouvrit toute grande, et que maître Magloire, coiffé d’un immense bonnet de nuit qui lui donnait près de cinq pieds de haut, tenant un bougeoir allumé à la main, faisait son entrée dans l’appartement.

– Ah ! ah ! murmura Thibault, vertuchou ! je crois à présent que c’est à moi de rire.