Page:Dumas - Le Meneur de loups (1868).djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



– Oh ! oh ! dit Thibault, tu es bien brave aujourd’hui, la belle fille, et, si l’on nous voyait…

Mais elle, secouant la tête :

– Il n’y a plus de danger, dit-elle : tous les yeux qui pouvaient nous voir sont fermés.

Quoiqu’il ne comprît pas ce que voulait dire la jeune fille, l’accent dont elle prononça ces paroles fit tressaillir Thibault.

Il la suivit en silence, s’engagea avec elle dans l’escalier tournant et monta au premier étage.

Mais, au moment où Lisette mettait la main sur la clef de la chambre, il l’arrêta.

La solitude et le silence du château l’effrayaient. On eût dit d’un château maudit.

– Où allons-nous ? demanda Thibault sans trop savoir ce qu’il disait.

– Mais vous le savez bien.

– Dans la chambre de la comtesse ?

– Dans la chambre de la comtesse.

– Elle m’attend ?

– Elle vous attend.

Et Lisette ouvrit la porte.

– Entrez, dit-elle.

Thibault entra ; Lisette referma la porte et resta dans le corridor.

C’était bien la même chambre ravissante ; éclairée de la même façon, embaumée de la même odeur.

Thibault chercha des yeux la comtesse.

Il s’attendait à la voir paraître par la porte du cabinet de toilette.

La porte du cabinet de toilette restait fermée.

Aucun bruit ne se faisait entendre dans cette chambre, si ce n’est le tintement de la pendule en porcelaine de Sèvres et le battement du cœur de Thibault.