Page:Dumas - Le Meneur de loups (1868).djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


courir dans la direction que semblait lui indiquer cette main, et disparut bientôt dans la nuit au tournant d’une route.

Lorsqu’elle eut disparu, Thibault poussa un rugissement tel qu’auraient pu en faire entendre dix loups hurlant à la fois.

Puis, s’élançant dans le fourré :

– Ah ! dit-il, maintenant je suis bien véritablement maudit !


XXII

le dernier souhait de thibault


Bien que poursuivie par une terreur profonde et ayant hâte d’arriver au village où elle avait laissé son mari, Agnelette, justement à cause de la rapidité de sa course, était obligée de s’arrêter de temps en temps : l’haleine lui manquait.

Dans ces moments de halte, pendant lesquels elle essayait de ressaisir sa raison, elle se disait qu’elle était folle d’attacher tant d’importance à des paroles impuissantes, dictées par la jalousie et la haine, que le vent avait déjà emportées ; et cependant, malgré cela, dès qu’elle était parvenue à reprendre sa respiration, dès que la force lui revenait, elle poursuivait sa route de la même course précipitée, car elle sentait qu’elle ne serait tranquille que lorsqu’elle aurait revu son mari.

Bien qu’elle eût à traverser une demi-lieue à peu près des triages les plus solitaires et les plus sauvages