Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
108
un monde

c’est-à-dire le trot. La mule, cette enfant des montagnes, dont les jambes et le jarret sont d’acier, ne pourrait leur donner le pion au sujet de la fatigue.

Trois heures plus tard, notre diligence franchit la guérita de Guadeloupe, et traversait les larges et belles rues de Mexico, au galop de ses cinq chevaux fougueux, vint s’arrêter à son parage habituel, dans l’impasse dona Lucinda de Dalores.

Beaucoup de parents et d’amis, qui attendaient là notre arrivée, manifestèrent une joie mêlée d’étonnement, en apprenant que nous n’avions point été dévalisés ; car tel avait été le sort des quatre dernières diligences venues ; on nous montra même celle de la veille, dont la caisse avait été criblée de balles, et les coussins éventrés par les